DADONVILLE HISTOIRE ET PATRIMOINE

Cette nouvelle association communale est née le 5 décembre 2008, avec l’appui de l’équipe municipale. Merci à celle-ci pour la subvention accordée qui va nous permettre de bien démarrer.

Notre but est de connaître l’histoire de la commune, la richesse de son patrimoine et d’aider à sa mise en valeur. L’Histoire de Dadonville plonge ses racines dans le terreau fertile de la «petite histoire» qui rejoint souvent le cours sinueux de la «Grande», en lui donnant souvent le contrepoint.

Le territoire de Dadonville n’est pas une terre inconnue, perdue au milieu d’un paysage hostile ou idyllique. Dans le Pithiverais, des historiens ont déjà cherché, écrit. De ces enquêtes, de ces livres généraux, de nos propres recherches, nous rassemblerons les éléments dispersés qui en constituent la longue chaîne, dans un bel ouvrage bien documenté. Les membres de cette nouvelle équipe sont tenus à la discrétion à l’égard des informations données comme présentant un caractère confidentiel. Nous organiserons aussi des expositions, des montages audio-visuels.

Nous n’allons pas refaire l’Histoire mais relire les pages de celle que les générations d’ici ont écrite, souvent dans le sol, et illustrer localement, la marche des siècles.

Ecrire l’Histoire de Dadonville, belle et tumultueuse à la fois, cela prendra plusieurs années.

Des pages pour ceux qui faisaient l’histoire en leur temps : Le grand Duhamel mais aussi son frère ; Augustin Giry, un homme « de progrès » ; celle des seigneurs des autres fiefs, qui, quel que fût leur présent, sont maintenant presque tous oubliés : ceux de Chantaloup, Dadonville, Secval, Grantarvilliers, Solvins, celui de Denainvilliers, le fief partagé de Thiellay ; la «franchise» de Bourgneuf... L’église de Dadonville, la maladrerie à la porte du Gâtinais ; le «château du Prieuré», les 3 foires annuelles ; les ruines du Murget ; le lieu stratégique de Pontournois.

Des pages quotidiennes pour la vie rurale bien évidemment, celles de la rude vie des paysans, de l’évolution des cultures (encore 169 ha de vignes en 1809), du matériel agricole, de la disparition des troupeaux... Des pages pour nos écoles, la paroisse, les fêtes locales...

Pour cela, nous nous entretiendrons avec les familles de souche, interrogerons la mémoire de nos anciens. Avec l’aide de tous ceux qui veulent connaître leurs racines, nous chercherons des documents dans les archives, les albums, les greniers....

Ecrire aussi les pages obscures, cachées de l’histoire de ces femmes et de ces hommes qui nous ont précédés : Celles de ceux dont on ne parle pas parce qu’ils n’ont pas eu accès à l’écriture parce que pauvres ou minoritaires, isolés parce qu’incompris, rejetés parce que différents (ex : fosses à incinération à Denainvilliers).

Des pages douloureuses pour les soldats et leur famille en 1914-1918, d’autres pour les victimes de 1939-1945 et notamment des résistants déportés de Bourgneuf ; pour le terrain d’aviation de Secval en 1940...

Ecrire les pages d’un passé d’autant plus méconnu qu’on s’enfonce dans la nuit des temps. Celles, plus anciennes, de ceux qui ont vécu avant l’écriture (A lire).

Dadonville, par les vicissitudes de l’Histoire est une commune éclatée. La Mairie a voulu rassembler la population en concevant son logo. Notre futur livre a le même objectif. Il permettra aux familles de souche et à celles qui ont choisi d’habiter à Dadonville de connaître les racines de leur lieu de vie.

Pour que tous ceux qui le souhaite puissent en faire partie, le montant de la cotisation individuelle ou familiale a été fixé à 10 €.